Reservation Hotel en ligne sur TVtrip, le 1er guide video d'hotels!
> Europe > > > Musée de la vallée hôtels proches de musée : Musée de la vallée, Barcelonnette infos sur Musée de la vallée, Barcelonnette >

Musée de la vallée (France)

  • A propos
  • Hôtels
  • Voir la carte
  • Photos
loader
illustration

Atouts majeurs de Musée de la vallée

Ouverte depuis toujours au commerce et aux échanges, l’économie de la Vallée a longtemps reposé sur l’activité textile associant manufactures de laine et filatures de soie. Les habitants de l’Ubaye, formés très tôt à "l’art d’être marchand", quittaient la Vallée pour aller vendre leur production de draps et de soieries en Provence, en Dauphine, en Piémont. Au milieu du XIXe siècle, l’émigration définitive remplace l’émigration saisonnière et conduit les entrepreneurs de la Vallée jusqu’en Amérique, d’abord en Louisiane au souvenir français, puis au Mexique où Jacques Arnaud (1781-1828) installe vers 1818-1820 un magasin de tissus associé à ses frères Dominique et Marc-Antoine, ouvrant ainsi la voie aux "soyeux du Mexique". (Paul Reynaud). Les acteurs de l’émigration ont été les premiers à "collectionner" les objets de l’autre culture, qu’il s’agisse de la statuaire aztèque, de l’art populaire, de l’art colonial ou encore de l’art moderne Mexicain. Émile Chabrand (1843-1893) sera le premier d’entre eux, suivi par Gustave Bellon (1877- 1960), le collectionneur franco-belge, Auguste Génin (1862-1931), étroitement lié à la communauté des entrepreneurs ubayens au Mexique, et qui sera l’un des grands donateurs du musée de l’Homme à Paris (aujourd’hui musée du Quai Branly). Cabinet de bain: en 1910, le nouveau propriétaire de la Sapinière, Antoine Signoret, fait ajouter un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. Émile Chabrand, voyageur naturaliste: négociant, préparateur naturaliste, collectionneur, voyageur, auteur, inventeur, photographe, de toutes ces identités, Émile Chabrand n’en revendique qu’une, celle de «préparateur naturaliste». Fils d’un douanier de Larche embarqué comme mousse à l’âge de 13 ans pour Buenos Aires, plus tard installé au Mexique comme négociant, d’où il revient fortune faite en 1881, Émile Chabrand est un personnage éclectique, imprévisible et secret. De l’émigrant implanté au Mexique pendant 18 ans (1863-1881), à Mexico puis à Cuernavaca où il s’installe pour des raisons de santé, on ignore presque tout. On ne connaîtra ni le nom de l’enseigne du magasin pour lequel il travaille, ni le nom de ses associés. Celui que l’on appelle «don Emilio» et qui se sent chez lui au Mexique se considère comme un «vieux Mexicain», reste très discret sur son propre itinéraire, préférant évoquer dans son récit de voyage, publié en 1892 et. couronné par le prix Montyon de l’Académie française, «un de ces départs vers 1847 ou 1850, quand les chances étaient plus hasardeuses, quand les difficultés de communications faisaient le voyage plus pénible et aussi plus pittoresque». Le musée s'ouvre régulièrement à la création contemporaine en offrant à de jeunes artistes leurs premières expositions dans un musée ou en participant aux projets d'expositions éclatées du Frac Provence Alpes Côte d'Azur

Informations pratiques

Adresse: 10, avenue de la Libération

Code postal: 04400

Ville: Barcelonnette

Pays: France

Telephone 1: 04 92 81 27 15

Fax: 04 92 81 27 15

Email: musee@barcelonnette.com

Site internet: http://www.barcelonnette.com/fr/il4-3_p51-le-musee-de-la-vallee-a-barcelonnette.aspx

Horaires: Hors congés scolaires: du mercredi au samedi, de 14 h 30 à 18 h. Congés scolaires: du mardi au samedi de 14 h 30 à 18 h. Du 6 juillet au 31 août: tous les jours, de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 19 h.

Tarifs: Normal: 3, 30 €. Réduit: 1, 80 € (enfants 10-18 ans). Spécial: 2, 80 € (passeport des musées 04, groupe > 10 personnes). Gratuit pour les enfants jusqu’à 10 ans. En été, visites commentées: les mardis et jeudis à 16 h (tarif normal)

Infrastructure: Centre de documentation

Thematique(s): Beaux-Arts, Ethnologie, Civilisations extra-européennes

Artiste(s): Jean Caire, Marie Tonoir, Charles Bertier, Pierre Michel, Marguerite Reynaud, Gilels Aillaud

Personnage(s): Émile Chabrand

Monuments à proximité: Réseau des musées en Ubaye

Hôtels proche

98 m - Résidence de Tourisme la Plancha

Découvrez les merveilles de Barcelonnette en choisissant le Residence De Tourisme La Plancha comme lieu de séjour.Le Residence De Tourisme La Plancha jouit d’un emplacement idéal avec des aménagementsLire la suite modernes dans toutes les chambres et d’un service exceptionnel.Confort moderne et commodité sont associés pour garantir la satisfaction des clients.Pour votre réservation au Residence De Tourisme La Plancha de Barcelonnette, veuillez choisir les dates de votre séjour et remplir notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

153 m - Hotel Azteca Barcelonnette

Le Hotel Azteca Barcelonnette jouit d’un emplacement idéal aussi bien pour les voyageurs d’affaires que pour les touristes qui séjournent à Barcelonnette.Le Hotel Azteca Barcelonnette jouit d’un emplaLire la suitecement idéal avec des aménagements modernes dans toutes les chambres et d’un service exceptionnel.Chaque chambre dispose d’aménagements, tels que chambres non-fumeur, journal quotidien, sèche-cheveux, coffre fort dans la chambre, télévision, bain, douche.Les aménagements et services offerts dans cet établissement de Barcelonnette incluent ascenseur, bar, salle(s) de réunions / banquets, coffres forts, chambres / équipements pour mobilité réduite, centre d’affaires.Pour se détendre, les clients peuvent profiter des infrastructures de loisirs disponibles sur place, notamment terrain de golf (à moins de 3 km), jardin.Avec des infrastructures élégantes et une ambiance chaleureuse, les clients de l’hôtel passeront sans aucun doute un séjour inoubliable.Pour votre réservation au Hotel Azteca Barcelonnette de Barcelonnette, veuillez entrer les dates de séjour que vous souhaitez et remplir notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

188 m - Le Grand Hotel

Le Le Grand Hotel jouit d’un emplacement idéal aussi bien pour les voyageurs d’affaires que pour les touristes qui séjournent à Barcelonnette.Toutes les chambres de l’hôtel disposent de toutes les comLire la suitemodités attendues d’un hôtel de cette catégorie pour offrir aux clients un maximum de confort.Chaque chambre de l’hôtel offre chambres non-fumeur, télévision, douche, douche et bain séparés.Pour la commodité des clients, cet établissement de Barcelonnette offre service en chambres 24h/24, boutiques, salon d'accueil pour VIP, bar, centre d’affaires, animaux de compagnie permis.Avec des infrastructures élégantes et une ambiance chaleureuse, les clients de l’hôtel passeront sans aucun doute un séjour inoubliable.Pour votre réservation au Le Grand Hotel de Barcelonnette, veuillez entrer les dates de séjour que vous souhaitez et remplir notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

246 m - Logis Hôtel Du Cheval Blanc

Le Logis Hotel Du Cheval Blanc jouit d’un emplacement idéal aussi bien pour les voyageurs d’affaires que pour les touristes qui séjournent à Barcelonnette.Le Logis Hotel Du Cheval Blanc jouit d’un empLire la suitelacement idéal avec des aménagements modernes dans toutes les chambres et d’un service exceptionnel.Les aménagements des chambres incluent journal quotidien, télévision, douche et bain séparés.Les aménagements standards proposés dans cet établissement de Barcelonnette incluent boutiques, bar, salle(s) de réunions / banquets, restaurant, service en chambre.Ces infrastructures de pointe s’ajoutent aux services de qualité pour satisfaire les besoins des clients venus visiter Barcelonnette. Pour réserver une chambre au Logis Hotel Du Cheval Blanc, veuillez simplement sélectionner vos dates de séjour et compléter notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

309 m - Villa Anita

Cet appart'hôtel se situe à Barcelonnette. Les appartements sont modernes et certains disposent d'un balcon d'où il est possible de contempler le panorama. Vous avez la possibilité de vous connecter àLire la suite Internet sans supplément et ainsi consulter vos e-mails. [loisirs] Ici, vous avez la possibilité de vous essayer au ski. Les services proposés par l'établissement comprennent en outre une navette permettant de rallier commodément les différents points d'intérêt.Masquer

Avis des internautes

En savoir plus

Musée de la vallée - Historique des collections

Antoine Signoret, neveu d’Antoine Signoret et seul propriétaire de la villa et de son parc, décide de léguer son bien à la ville de Barcelonnette en 1978. La villa qui abrite différents services devient dix ans plus tard en 1988, le nouveau musée de Barcelonnette. Baptisé musée de la Vallée, l’édifice réunit les collections de deux anciens musées: le musée Chabrand (1890) et le musée de l’Hôtel de Ville de Barcelonnette (1931). Le musée de la Vallée, musée de France, appartient au réseau des musées des Alpes de Haute-Provence. Le nouveau musée conserve intact le décor de boiseries, les parquets en marqueterie et sa cage d’escalier en noyer. En 1992, Colette Dernis, petite fille d’Alexandre Reynaud fait don au musée du mobilier du salon-fumoir de la Sapinière (bureau, bibliothèque, garniture de cheminée, fauteuils). En 2004, Bernard Martel fait don d’un ensemble de vitraux Art Nouveau qui, restaurés par Claude Moine, trouveront leur place dans la baie du grand escalier.

Musée de la vallée - Historique des collections

Antoine Signoret, neveu d’Antoine Signoret et seul propriétaire de la villa et de son parc, décide de léguer son bien à la ville de Barcelonnette en 1978. La villa qui abrite différents services devient dix ans plus tard en 1988, le nouveau musée de Barcelonnette. Baptisé musée de la Vallée, l’édifice réunit les collections de deux anciens musées: le musée Chabrand (1890) et le musée de l’Hôtel de Ville de Barcelonnette (1931). Le musée de la Vallée, musée de France, appartient au réseau des musées des Alpes de Haute-Provence. Le nouveau musée conserve intact le décor de boiseries, les parquets en marqueterie et sa cage d’escalier en noyer. En 1992, Colette Dernis, petite fille d’Alexandre Reynaud fait don au musée du mobilier du salon-fumoir de la Sapinière (bureau, bibliothèque, garniture de cheminée, fauteuils). En 2004, Bernard Martel fait don d’un ensemble de vitraux Art Nouveau qui, restaurés par Claude Moine, trouveront leur place dans la baie du grand escalier.

Musée de la vallée - Historique des collections

Antoine Signoret, neveu d’Antoine Signoret et seul propriétaire de la villa et de son parc, décide de léguer son bien à la ville de Barcelonnette en 1978. La villa qui abrite différents services devient dix ans plus tard en 1988, le nouveau musée de Barcelonnette. Baptisé musée de la Vallée, l’édifice réunit les collections de deux anciens musées: le musée Chabrand (1890) et le musée de l’Hôtel de Ville de Barcelonnette (1931). Le musée de la Vallée, musée de France, appartient au réseau des musées des Alpes de Haute-Provence. Le nouveau musée conserve intact le décor de boiseries, les parquets en marqueterie et sa cage d’escalier en noyer. En 1992, Colette Dernis, petite fille d’Alexandre Reynaud fait don au musée du mobilier du salon-fumoir de la Sapinière (bureau, bibliothèque, garniture de cheminée, fauteuils). En 2004, Bernard Martel fait don d’un ensemble de vitraux Art Nouveau qui, restaurés par Claude Moine, trouveront leur place dans la baie du grand escalier.

Musée de la vallée - Intérêt architectural

Elégante villa construite en 1878 par Alexandre Reynaud, fondateur à Mexico du magasin Las Fabricas Universales. En 1883, la construction à peine achevée, Alexandre Reynaud remanie profondément sa "bâtisse" pour prendre modèle sur La Roseraie, construite à proximit. "Il a enlevé les mansardes, par conséquent la toiture, relevé les murailles (murs) d’un étage et formé son toit sur quatre pentes conformes aux nôtres. seulement il est moins élévé et au lieu de châssis, il a préféré l’oeil de boeuf". (lettre de L.F. Tron 1883). En 1892, Alexandre Reynaud vend sa jolie "bâtisse" à un compatriote pour financer au Mexique, la construction d’une filature (la fabrique de Santa Rosa, Vallée d’Orizaba, État de Veracruz). Son nouveau propriétaire, Antoine Signoret entreprend de remettre au goût du jour la bâtisse et fait appel à un architecte, Francis Girard. Le rhabillage projeté par l’architecte grenoblois porte essentiellement sur l’enveloppe de la villa. Les facades nord et sud reçoivent un important décor architectonique qui sort la villa de son anonymat: alternance de frontons rectangulaires et semi-circulaires (premier étage), encadrements (rez de chaussée et second étage), corniches ouvragée à modillons et tables (second étage). La façade sud est en outre agrémentée d’une élégante véranda métallique ouvrant directement sur le parc par un escalier en fer à cheval exécuté dans la pierre de taille grise de la Chapelue extraite dans le Queyras voisin. À l’intérieur, la création d’un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. La villa a conservé ses parquets en marqueterie, son cabinet de bains en faïences de Sarreguemines (1910), ses vitraux Art nouveau (les Pavots), et le salon-fumoir

Musée de la vallée - Intérêt architectural

Elégante villa construite en 1878 par Alexandre Reynaud, fondateur à Mexico du magasin Las Fabricas Universales. En 1883, la construction à peine achevée, Alexandre Reynaud remanie profondément sa "bâtisse" pour prendre modèle sur La Roseraie, construite à proximit. "Il a enlevé les mansardes, par conséquent la toiture, relevé les murailles (murs) d’un étage et formé son toit sur quatre pentes conformes aux nôtres. seulement il est moins élévé et au lieu de châssis, il a préféré l’oeil de boeuf". (lettre de L.F. Tron 1883). En 1892, Alexandre Reynaud vend sa jolie "bâtisse" à un compatriote pour financer au Mexique, la construction d’une filature (la fabrique de Santa Rosa, Vallée d’Orizaba, État de Veracruz). Son nouveau propriétaire, Antoine Signoret entreprend de remettre au goût du jour la bâtisse et fait appel à un architecte, Francis Girard. Le rhabillage projeté par l’architecte grenoblois porte essentiellement sur l’enveloppe de la villa. Les facades nord et sud reçoivent un important décor architectonique qui sort la villa de son anonymat: alternance de frontons rectangulaires et semi-circulaires (premier étage), encadrements (rez de chaussée et second étage), corniches ouvragée à modillons et tables (second étage). La façade sud est en outre agrémentée d’une élégante véranda métallique ouvrant directement sur le parc par un escalier en fer à cheval exécuté dans la pierre de taille grise de la Chapelue extraite dans le Queyras voisin. À l’intérieur, la création d’un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. La villa a conservé ses parquets en marqueterie, son cabinet de bains en faïences de Sarreguemines (1910), ses vitraux Art nouveau (les Pavots), et le salon-fumoir

Musée de la vallée - Intérêt architectural

Elégante villa construite en 1878 par Alexandre Reynaud, fondateur à Mexico du magasin Las Fabricas Universales. En 1883, la construction à peine achevée, Alexandre Reynaud remanie profondément sa "bâtisse" pour prendre modèle sur La Roseraie, construite à proximit. "Il a enlevé les mansardes, par conséquent la toiture, relevé les murailles (murs) d’un étage et formé son toit sur quatre pentes conformes aux nôtres. seulement il est moins élévé et au lieu de châssis, il a préféré l’oeil de boeuf". (lettre de L.F. Tron 1883). En 1892, Alexandre Reynaud vend sa jolie "bâtisse" à un compatriote pour financer au Mexique, la construction d’une filature (la fabrique de Santa Rosa, Vallée d’Orizaba, État de Veracruz). Son nouveau propriétaire, Antoine Signoret entreprend de remettre au goût du jour la bâtisse et fait appel à un architecte, Francis Girard. Le rhabillage projeté par l’architecte grenoblois porte essentiellement sur l’enveloppe de la villa. Les facades nord et sud reçoivent un important décor architectonique qui sort la villa de son anonymat: alternance de frontons rectangulaires et semi-circulaires (premier étage), encadrements (rez de chaussée et second étage), corniches ouvragée à modillons et tables (second étage). La façade sud est en outre agrémentée d’une élégante véranda métallique ouvrant directement sur le parc par un escalier en fer à cheval exécuté dans la pierre de taille grise de la Chapelue extraite dans le Queyras voisin. À l’intérieur, la création d’un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. La villa a conservé ses parquets en marqueterie, son cabinet de bains en faïences de Sarreguemines (1910), ses vitraux Art nouveau (les Pavots), et le salon-fumoir

Atouts majeurs de Musée de la vallée

Ouverte depuis toujours au commerce et aux échanges, l’économie de la Vallée a longtemps reposé sur l’activité textile associant manufactures de laine et filatures de soie. Les habitants de l’Ubaye, formés très tôt à "l’art d’être marchand", quittaient la Vallée pour aller vendre leur production de draps et de soieries en Provence, en Dauphine, en Piémont. Au milieu du XIXe siècle, l’émigration définitive remplace l’émigration saisonnière et conduit les entrepreneurs de la Vallée jusqu’en Amérique, d’abord en Louisiane au souvenir français, puis au Mexique où Jacques Arnaud (1781-1828) installe vers 1818-1820 un magasin de tissus associé à ses frères Dominique et Marc-Antoine, ouvrant ainsi la voie aux "soyeux du Mexique". (Paul Reynaud). Les acteurs de l’émigration ont été les premiers à "collectionner" les objets de l’autre culture, qu’il s’agisse de la statuaire aztèque, de l’art populaire, de l’art colonial ou encore de l’art moderne Mexicain. Émile Chabrand (1843-1893) sera le premier d’entre eux, suivi par Gustave Bellon (1877- 1960), le collectionneur franco-belge, Auguste Génin (1862-1931), étroitement lié à la communauté des entrepreneurs ubayens au Mexique, et qui sera l’un des grands donateurs du musée de l’Homme à Paris (aujourd’hui musée du Quai Branly). Cabinet de bain: en 1910, le nouveau propriétaire de la Sapinière, Antoine Signoret, fait ajouter un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. Émile Chabrand, voyageur naturaliste: négociant, préparateur naturaliste, collectionneur, voyageur, auteur, inventeur, photographe, de toutes ces identités, Émile Chabrand n’en revendique qu’une, celle de «préparateur naturaliste». Fils d’un douanier de Larche embarqué comme mousse à l’âge de 13 ans pour Buenos Aires, plus tard installé au Mexique comme négociant, d’où il revient fortune faite en 1881, Émile Chabrand est un personnage éclectique, imprévisible et secret. De l’émigrant implanté au Mexique pendant 18 ans (1863-1881), à Mexico puis à Cuernavaca où il s’installe pour des raisons de santé, on ignore presque tout. On ne connaîtra ni le nom de l’enseigne du magasin pour lequel il travaille, ni le nom de ses associés. Celui que l’on appelle «don Emilio» et qui se sent chez lui au Mexique se considère comme un «vieux Mexicain», reste très discret sur son propre itinéraire, préférant évoquer dans son récit de voyage, publié en 1892 et. couronné par le prix Montyon de l’Académie française, «un de ces départs vers 1847 ou 1850, quand les chances étaient plus hasardeuses, quand les difficultés de communications faisaient le voyage plus pénible et aussi plus pittoresque». Le musée s'ouvre régulièrement à la création contemporaine en offrant à de jeunes artistes leurs premières expositions dans un musée ou en participant aux projets d'expositions éclatées du Frac Provence Alpes Côte d'Azur

Atouts majeurs de Musée de la vallée

Ouverte depuis toujours au commerce et aux échanges, l’économie de la Vallée a longtemps reposé sur l’activité textile associant manufactures de laine et filatures de soie. Les habitants de l’Ubaye, formés très tôt à "l’art d’être marchand", quittaient la Vallée pour aller vendre leur production de draps et de soieries en Provence, en Dauphine, en Piémont. Au milieu du XIXe siècle, l’émigration définitive remplace l’émigration saisonnière et conduit les entrepreneurs de la Vallée jusqu’en Amérique, d’abord en Louisiane au souvenir français, puis au Mexique où Jacques Arnaud (1781-1828) installe vers 1818-1820 un magasin de tissus associé à ses frères Dominique et Marc-Antoine, ouvrant ainsi la voie aux "soyeux du Mexique". (Paul Reynaud). Les acteurs de l’émigration ont été les premiers à "collectionner" les objets de l’autre culture, qu’il s’agisse de la statuaire aztèque, de l’art populaire, de l’art colonial ou encore de l’art moderne Mexicain. Émile Chabrand (1843-1893) sera le premier d’entre eux, suivi par Gustave Bellon (1877- 1960), le collectionneur franco-belge, Auguste Génin (1862-1931), étroitement lié à la communauté des entrepreneurs ubayens au Mexique, et qui sera l’un des grands donateurs du musée de l’Homme à Paris (aujourd’hui musée du Quai Branly). Cabinet de bain: en 1910, le nouveau propriétaire de la Sapinière, Antoine Signoret, fait ajouter un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. Émile Chabrand, voyageur naturaliste: négociant, préparateur naturaliste, collectionneur, voyageur, auteur, inventeur, photographe, de toutes ces identités, Émile Chabrand n’en revendique qu’une, celle de «préparateur naturaliste». Fils d’un douanier de Larche embarqué comme mousse à l’âge de 13 ans pour Buenos Aires, plus tard installé au Mexique comme négociant, d’où il revient fortune faite en 1881, Émile Chabrand est un personnage éclectique, imprévisible et secret. De l’émigrant implanté au Mexique pendant 18 ans (1863-1881), à Mexico puis à Cuernavaca où il s’installe pour des raisons de santé, on ignore presque tout. On ne connaîtra ni le nom de l’enseigne du magasin pour lequel il travaille, ni le nom de ses associés. Celui que l’on appelle «don Emilio» et qui se sent chez lui au Mexique se considère comme un «vieux Mexicain», reste très discret sur son propre itinéraire, préférant évoquer dans son récit de voyage, publié en 1892 et. couronné par le prix Montyon de l’Académie française, «un de ces départs vers 1847 ou 1850, quand les chances étaient plus hasardeuses, quand les difficultés de communications faisaient le voyage plus pénible et aussi plus pittoresque». Le musée s'ouvre régulièrement à la création contemporaine en offrant à de jeunes artistes leurs premières expositions dans un musée ou en participant aux projets d'expositions éclatées du Frac Provence Alpes Côte d'Azur

Atouts majeurs de Musée de la vallée

Ouverte depuis toujours au commerce et aux échanges, l’économie de la Vallée a longtemps reposé sur l’activité textile associant manufactures de laine et filatures de soie. Les habitants de l’Ubaye, formés très tôt à "l’art d’être marchand", quittaient la Vallée pour aller vendre leur production de draps et de soieries en Provence, en Dauphine, en Piémont. Au milieu du XIXe siècle, l’émigration définitive remplace l’émigration saisonnière et conduit les entrepreneurs de la Vallée jusqu’en Amérique, d’abord en Louisiane au souvenir français, puis au Mexique où Jacques Arnaud (1781-1828) installe vers 1818-1820 un magasin de tissus associé à ses frères Dominique et Marc-Antoine, ouvrant ainsi la voie aux "soyeux du Mexique". (Paul Reynaud). Les acteurs de l’émigration ont été les premiers à "collectionner" les objets de l’autre culture, qu’il s’agisse de la statuaire aztèque, de l’art populaire, de l’art colonial ou encore de l’art moderne Mexicain. Émile Chabrand (1843-1893) sera le premier d’entre eux, suivi par Gustave Bellon (1877- 1960), le collectionneur franco-belge, Auguste Génin (1862-1931), étroitement lié à la communauté des entrepreneurs ubayens au Mexique, et qui sera l’un des grands donateurs du musée de l’Homme à Paris (aujourd’hui musée du Quai Branly). Cabinet de bain: en 1910, le nouveau propriétaire de la Sapinière, Antoine Signoret, fait ajouter un nouveau cabinet de bains revêtu d’un décor de faïence exécuté par les faïenceries de Sarreguemines, associe des gerbes d’iris et une frise de glycines selon une composition souvent reproduite, familière du décor thermal contemporain. Émile Chabrand, voyageur naturaliste: négociant, préparateur naturaliste, collectionneur, voyageur, auteur, inventeur, photographe, de toutes ces identités, Émile Chabrand n’en revendique qu’une, celle de «préparateur naturaliste». Fils d’un douanier de Larche embarqué comme mousse à l’âge de 13 ans pour Buenos Aires, plus tard installé au Mexique comme négociant, d’où il revient fortune faite en 1881, Émile Chabrand est un personnage éclectique, imprévisible et secret. De l’émigrant implanté au Mexique pendant 18 ans (1863-1881), à Mexico puis à Cuernavaca où il s’installe pour des raisons de santé, on ignore presque tout. On ne connaîtra ni le nom de l’enseigne du magasin pour lequel il travaille, ni le nom de ses associés. Celui que l’on appelle «don Emilio» et qui se sent chez lui au Mexique se considère comme un «vieux Mexicain», reste très discret sur son propre itinéraire, préférant évoquer dans son récit de voyage, publié en 1892 et. couronné par le prix Montyon de l’Académie française, «un de ces départs vers 1847 ou 1850, quand les chances étaient plus hasardeuses, quand les difficultés de communications faisaient le voyage plus pénible et aussi plus pittoresque». Le musée s'ouvre régulièrement à la création contemporaine en offrant à de jeunes artistes leurs premières expositions dans un musée ou en participant aux projets d'expositions éclatées du Frac Provence Alpes Côte d'Azur

> Europe > > > Musée de la vallée hôtels proches de musée : Musée de la vallée, Barcelonnette infos sur Musée de la vallée, Barcelonnette >

TVtrip international

dansk | deutsch | ελληνικά | english | english | español | suomi | français | magyar | italiano | 日本語 | 한국어 | nederlands | norsk | polski | português | română | русский | српски | svenska | 中文 | 中文

TVtrip international

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Pourquoi utiliser TVtrip?

  • Meilleurs prix

    Grâce à nos partenaires, vous accédez aux meilleurs prix pour votre réservation d'hôtel

  • Qualité

    Toutes nos vidéos sont filmées par des professionnels

  • Le maximum de choix

    Choisissez parmi nos 35 884 vidéos pour faciliter votre reservation d'hotel

  • Transparence

    Des vidéos objectives et professionnelles pour vous aider à choisir le bon hôtel

  • Nous parlons votre langue

    TVtrip est disponible en 22 langues

Informations

Conditions d'utilisation | Charte de confidentialité | A propos de TVtrip | L'Equipe | Presse | Aide | Nous contacter

* Meilleur prix chez nos partenaires de réservation sur les 30 prochains jours.
Le montant affiché est donné à titre indicatif et calculé selon le taux de change en vigueur ce jour.

Vous êtes propriétaire d'un hôtel ?

© 2016 - TVtrip.com

Légende