Reservation Hotel en ligne sur TVtrip, le 1er guide video d'hotels!
> Europe > > > Ecomusée de l'approuague hôtels proches de musée : Ecomusée de l'approuague, Eccica-Suarella infos sur Ecomusée de l'approuague, Eccica-Suarella >

Ecomusée de l'approuague (France)

  • A propos
  • Hôtels
  • Voir la carte
  • Photos
loader
illustration

Atouts majeurs de Ecomusée de l'approuague

La présence humaine amérindienne est attestée sur le territoire dès 1 000 ans avant JC (elle est sans doute bien antérieure) et a laissé d'importants vestiges: roches gravées, abris sous roches, polissoirs, ou encore une montagne couronnée et de nombreux artefacts (haches polies, céramiques...). C'est au milieu du XVIIIe siècle que la colonisation et l'esclavage bouleversent profondément le paysage local: exploitant la main d’oeuvre servile, de nombreuses habitations sur polders s'installent dans la région de Kaw et sur le bas du fleuve Approuague. On y cultive le coton, le rocou, le cacao, les épices, l’indigo, le sucre... au prix d’installations techniques parfois considérables (moulins à marée, canaux, écluses, sucreries...). Ainsi en témoigne l’habitation Le Collège sur le bas Approuague, conçue par le fameux ingénieur suisse Samuel Guisan à la veille de la Révolution. Ou encore le canal Roy, creusé à la même époque par les esclaves et reliant le marais de Kaw à l’Approuague. Face à l’habitation Le Collège, Guisanbourg concentre les activités commerciales et le trafic de ce « Quartier de l’Approuague » qui est alors devenu le deuxième centre administratif de la Guyane. Mais les rendements agricoles, les qualités des produits et les bénéfices ne sont pas à la hauteur des investissements, dans un contexte de concurrence internationale déjà marquée. La Révolution et la première abolition de l'esclavage (1794), puis l'abolition définitive (1848) et enfin la découverte de l'or (1855) vont porter des coups sévères à ces entreprises. Les activités agricoles sont abandonnées au profit de pratiques extractives plus lucratives: bois de rose, balata, bois d'oeuvre et surtout or. Celui-ci est exploité essentiellement sous forme alluvionnaire sur le Haut Approuague. De fait, le centre de gravité des activités commerciales se déplace vers l'amont du fleuve. C'est dans ce sillage que se crée fin XIXe le bourg de Régina qui compte rapidement de nombreux commerces, comptoirs marchands destinés à ravitailler les placers. S'y installe aussi une scierie, une rhumerie, des alambics à distillation de bois de rose, etc. Régina va compter juqu’à 3 000 habitants et se substitue à Kaw comme chef lieu. Désormais placé trop en aval sur le fleuve, Guisanbourg semble condamné (et sera même définitivement abandonné au début des années 1980). Après la Seconde guerre mondiale, l’orpaillage, premier maillon de l’économie locale, subit une crise profonde, qui va mettre un terme brutal à la croissance locale et entraîner le déclin de Régina, que ne fera que renforcer l’exode rural (et l'ouverture de la route de la RN2 en 1983).La population du bourg est retombée à 300 dans les années 1970. Ce passé riche et mouvementé marqué par un déplacement des activités et des populations de l'aval vers l'amont aura notamment laissé un patrimoine industriel très remarquable disséminé le long du fleuve et de ses affluents sur l'ensemble du territoire. Mais aussi une histoire humaine très riche

Informations pratiques

Adresse: rue Gaston Monnerville

Ville: Régina

Pays: France

Telephone 1: 05 94 37 09 44

Fax: 05 94 37 09 44

Site internet: http://www.blada.com/sorties/communes/Regina/2410.htm

Horaires: Mercredi, vendredi, samedi et dimanche: de 9h30 à 17h30. Accueil « à la carte » pour les groupes (renseignements au 05 94 37 09 44)

Tarifs: Visite libre, hors accompagnement: Plein tarif: 3 €. Demi tarif pour les 13-25 ans, groupes, étudiants. Gratuité pour les moins de 12 ans, plus de 65 ans, chômeurs, Rmistes, scolaires et accompagnateurs, membres de l’ICOM

Acces: RN2 à 115 kms de Cayenne en direction de Saint-Georges

Activites: Expositions temporaires, Itinéraires de découvertes sur le territoire, Conférences, rencontres, Ateliers, animations pour enfants et adultes, Animations pédagogiques à destination des scolaires

Thematique(s): Ethnologie

Hôtels proche

9 km - Club le Grand Bleu

De style Bon marché, le Club le Grand Bleu possède tout le confort de ce type d'établissement : n.a..A 83 minutes en voiture du centre, cet hôtel se trouve HOTEL LE GRAND BLEU 0, dans la partie sud-ouLire la suiteest de Corscia, optimal pour découvrir la ville et ses environs.Masquer

9,7 km - Acqua Dolce

Grâce à son emplacement en plein centre, le Acqua Dolce Hotel est proche de la plupart des attractions touristiques et des commerces de Eccica-Suarella.Le Acqua Dolce Hotel jouit d’un emplacement idéaLire la suitel avec des aménagements modernes dans toutes les chambres et d’un service exceptionnel.Chaque chambre a chambres non-fumeur, bureau, planche à repasser, télévision, douche, douche et bain séparés, balcon/terrasse.Les aménagements standards proposés dans cet établissement de Eccica-Suarella incluent boutiques, bar, salle(s) de réunions / banquets, restaurant, centre d’affaires, animaux de compagnie permis.Pour un séjour encore plus agréable, les clients pourront profiter de nombreuses infrastructures de détente, notamment terrain de golf (à moins de 3 km), piscine extérieure, jardin.Confort moderne et commodité sont associés pour garantir la satisfaction des clients.L’hôtel offre un service chaleureux et accueillant de niveau international.Pour votre réservation au Acqua Dolce Hotel de Eccica-Suarella, veuillez sélectionner vos dates de séjour et remplir notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

9,9 km - Hotel Saint Charles

Les clients disposent dans toutes les chambres de l’hôtel de: climatisation, télévision, douche, balcon/terrasse, télévision avec câble/satellite.Pour le confort et la commodité des clients, vous trouLire la suiteverez également sur place: bar, transfert aéroport, centre d’affaires, animaux de compagnie permis.Les clients pourront profiter d’activités sportives et de loisirs proposés par l’hôtel, tels que jardin.L’hôtel se consacre entièrement au bien-être du client, en veillant à son confort et à sa relaxation.Pour poursuivre votre réservation au Hôtel Saint Charles de Ajaccio, veuillez entrer vos dates d’arrivée et de départ sur notre formulaire en ligne sécurisé.Masquer

9,9 km - Castel Vecchio

De style Bon marché, le Castel Vecchio possède tout le confort de ce type d'établissement : n.a..Situé côté nord-est et à 7 minutes en voiture du centre-ville, cet hôtel ancré 7 rue paul colonna d'istLire la suiteria (corsica) sera le pied-à-terre idéal pour profiter de toutes les richesses de Ajaccio, que vous soyez en séjour pour quelques jours ou pour une durée plus longue.Il appartient à la chaine d'hôtels T2.L'aéroport de Campo dell'Oro est à environ 7 minutes en voiture de l'hôtel (3 kilomètres ).Masquer

10 km - Hôtel Castel d'Orcino

Le Hotel Castel Dorcino jouit d’un emplacement idéal aussi bien pour les voyageurs d’affaires que pour les touristes qui séjournent à Calcatoggio.Le Hotel Castel Dorcino jouit d’un emplacement idéal aLire la suitevec des aménagements modernes dans toutes les chambres et d’un service exceptionnel.Les chambres sont équipées de : chambres non-fumeur, climatisation, télévision, bain, douche, douche et bain séparés, balcon/terrasse.Cet établissement de Calcatoggio dispose d’infrastructures sur place, telles que boutiques, bar, coffres forts, chambres / équipements pour mobilité réduite, centre d’affaires.Par ailleurs, les clients de l’hôtel peuvent profiter des infrastructures sportives et de loisirs disponibles sur place :  sports nautiques, piscine extérieure.L’hôtel allie parfaitement culture traditionnelle et confort moderne pour vous garantir un séjour mémorable. Pour réserver une chambre au Hotel Castel Dorcino via notre formulaire en ligne sécurisé, veuillez indiquer vos dates de séjour. Masquer

Avis des internautes

En savoir plus

Ecomusée de l'approuague - Historique des collections

Le territoire communal est doté d'un environnement naturel exceptionnel, que souligne aujourd’hui la présence de trois réserves naturelles: Les Nouragues, les marais de Kaw, l'île du Grand Connétable. Inauguré en mai 2008 à Régina, l’Ecomusée municipal d’Approuague-Kaw (EMAK) est actuellement le seul Ecomusée en Guyane. Cet ambitieux projet initié il y a plus de 10 ans aura réunit de nombreux partenaires scientifiques, techniques et financiers: l'Union Européenne, l'Etat, la Région, le Musée des Cultures Guyanaises, le Parc Naturel Régional. L'Ecomusée réunit sur plus de 1500 m² un ensemble d'espaces répartis comme suit: - une exposition permanente (350 m² sur deux niveaux) située dans une maison créole traditionnelle entièrement restaurée. attenant au bâtiment de l'exposition permanente, un hangar (1300 m²): ancienne scierie et ses machines qui proposera un parcours d'interprétation du travail du bois. le hangar abritera par ailleurs un lieu d'expositions temporaires ainsi qu'un espace dédié à l'accueil des groupes (scolaires en particulier). enfin, une zone où sont entreposées des machines sans lien systématique avec la scierie ou le travail du bois. - entre l'exposition permanente et le hangar, un espace paysager découvert qui présentera un jardin « ethnobotanique » fait de plantes locales, alimentaires, aromatiques et médicinales sur 200 m² (2ème semestre 2008). - enfin, face à l'entrée de l'exposition permanente, un bâtiment neuf de 70 m² réservé à l’administration du musée.

Ecomusée de l'approuague - Historique des collections

Le territoire communal est doté d'un environnement naturel exceptionnel, que souligne aujourd’hui la présence de trois réserves naturelles: Les Nouragues, les marais de Kaw, l'île du Grand Connétable. Inauguré en mai 2008 à Régina, l’Ecomusée municipal d’Approuague-Kaw (EMAK) est actuellement le seul Ecomusée en Guyane. Cet ambitieux projet initié il y a plus de 10 ans aura réunit de nombreux partenaires scientifiques, techniques et financiers: l'Union Européenne, l'Etat, la Région, le Musée des Cultures Guyanaises, le Parc Naturel Régional. L'Ecomusée réunit sur plus de 1500 m² un ensemble d'espaces répartis comme suit: - une exposition permanente (350 m² sur deux niveaux) située dans une maison créole traditionnelle entièrement restaurée. attenant au bâtiment de l'exposition permanente, un hangar (1300 m²): ancienne scierie et ses machines qui proposera un parcours d'interprétation du travail du bois. le hangar abritera par ailleurs un lieu d'expositions temporaires ainsi qu'un espace dédié à l'accueil des groupes (scolaires en particulier). enfin, une zone où sont entreposées des machines sans lien systématique avec la scierie ou le travail du bois. - entre l'exposition permanente et le hangar, un espace paysager découvert qui présentera un jardin « ethnobotanique » fait de plantes locales, alimentaires, aromatiques et médicinales sur 200 m² (2ème semestre 2008). - enfin, face à l'entrée de l'exposition permanente, un bâtiment neuf de 70 m² réservé à l’administration du musée.

Ecomusée de l'approuague - Historique des collections

Le territoire communal est doté d'un environnement naturel exceptionnel, que souligne aujourd’hui la présence de trois réserves naturelles: Les Nouragues, les marais de Kaw, l'île du Grand Connétable. Inauguré en mai 2008 à Régina, l’Ecomusée municipal d’Approuague-Kaw (EMAK) est actuellement le seul Ecomusée en Guyane. Cet ambitieux projet initié il y a plus de 10 ans aura réunit de nombreux partenaires scientifiques, techniques et financiers: l'Union Européenne, l'Etat, la Région, le Musée des Cultures Guyanaises, le Parc Naturel Régional. L'Ecomusée réunit sur plus de 1500 m² un ensemble d'espaces répartis comme suit: - une exposition permanente (350 m² sur deux niveaux) située dans une maison créole traditionnelle entièrement restaurée. attenant au bâtiment de l'exposition permanente, un hangar (1300 m²): ancienne scierie et ses machines qui proposera un parcours d'interprétation du travail du bois. le hangar abritera par ailleurs un lieu d'expositions temporaires ainsi qu'un espace dédié à l'accueil des groupes (scolaires en particulier). enfin, une zone où sont entreposées des machines sans lien systématique avec la scierie ou le travail du bois. - entre l'exposition permanente et le hangar, un espace paysager découvert qui présentera un jardin « ethnobotanique » fait de plantes locales, alimentaires, aromatiques et médicinales sur 200 m² (2ème semestre 2008). - enfin, face à l'entrée de l'exposition permanente, un bâtiment neuf de 70 m² réservé à l’administration du musée.

Ecomusée de l'approuague - Intérêt architectural

L'ancienne scierie Aubin-Laignier abrite une partie des collections de l'Ecomusée

Ecomusée de l'approuague - Intérêt architectural

L'ancienne scierie Aubin-Laignier abrite une partie des collections de l'Ecomusée

Ecomusée de l'approuague - Intérêt architectural

L'ancienne scierie Aubin-Laignier abrite une partie des collections de l'Ecomusée

Atouts majeurs de Ecomusée de l'approuague

La présence humaine amérindienne est attestée sur le territoire dès 1 000 ans avant JC (elle est sans doute bien antérieure) et a laissé d'importants vestiges: roches gravées, abris sous roches, polissoirs, ou encore une montagne couronnée et de nombreux artefacts (haches polies, céramiques...). C'est au milieu du XVIIIe siècle que la colonisation et l'esclavage bouleversent profondément le paysage local: exploitant la main d’oeuvre servile, de nombreuses habitations sur polders s'installent dans la région de Kaw et sur le bas du fleuve Approuague. On y cultive le coton, le rocou, le cacao, les épices, l’indigo, le sucre... au prix d’installations techniques parfois considérables (moulins à marée, canaux, écluses, sucreries...). Ainsi en témoigne l’habitation Le Collège sur le bas Approuague, conçue par le fameux ingénieur suisse Samuel Guisan à la veille de la Révolution. Ou encore le canal Roy, creusé à la même époque par les esclaves et reliant le marais de Kaw à l’Approuague. Face à l’habitation Le Collège, Guisanbourg concentre les activités commerciales et le trafic de ce « Quartier de l’Approuague » qui est alors devenu le deuxième centre administratif de la Guyane. Mais les rendements agricoles, les qualités des produits et les bénéfices ne sont pas à la hauteur des investissements, dans un contexte de concurrence internationale déjà marquée. La Révolution et la première abolition de l'esclavage (1794), puis l'abolition définitive (1848) et enfin la découverte de l'or (1855) vont porter des coups sévères à ces entreprises. Les activités agricoles sont abandonnées au profit de pratiques extractives plus lucratives: bois de rose, balata, bois d'oeuvre et surtout or. Celui-ci est exploité essentiellement sous forme alluvionnaire sur le Haut Approuague. De fait, le centre de gravité des activités commerciales se déplace vers l'amont du fleuve. C'est dans ce sillage que se crée fin XIXe le bourg de Régina qui compte rapidement de nombreux commerces, comptoirs marchands destinés à ravitailler les placers. S'y installe aussi une scierie, une rhumerie, des alambics à distillation de bois de rose, etc. Régina va compter juqu’à 3 000 habitants et se substitue à Kaw comme chef lieu. Désormais placé trop en aval sur le fleuve, Guisanbourg semble condamné (et sera même définitivement abandonné au début des années 1980). Après la Seconde guerre mondiale, l’orpaillage, premier maillon de l’économie locale, subit une crise profonde, qui va mettre un terme brutal à la croissance locale et entraîner le déclin de Régina, que ne fera que renforcer l’exode rural (et l'ouverture de la route de la RN2 en 1983).La population du bourg est retombée à 300 dans les années 1970. Ce passé riche et mouvementé marqué par un déplacement des activités et des populations de l'aval vers l'amont aura notamment laissé un patrimoine industriel très remarquable disséminé le long du fleuve et de ses affluents sur l'ensemble du territoire. Mais aussi une histoire humaine très riche

Atouts majeurs de Ecomusée de l'approuague

La présence humaine amérindienne est attestée sur le territoire dès 1 000 ans avant JC (elle est sans doute bien antérieure) et a laissé d'importants vestiges: roches gravées, abris sous roches, polissoirs, ou encore une montagne couronnée et de nombreux artefacts (haches polies, céramiques...). C'est au milieu du XVIIIe siècle que la colonisation et l'esclavage bouleversent profondément le paysage local: exploitant la main d’oeuvre servile, de nombreuses habitations sur polders s'installent dans la région de Kaw et sur le bas du fleuve Approuague. On y cultive le coton, le rocou, le cacao, les épices, l’indigo, le sucre... au prix d’installations techniques parfois considérables (moulins à marée, canaux, écluses, sucreries...). Ainsi en témoigne l’habitation Le Collège sur le bas Approuague, conçue par le fameux ingénieur suisse Samuel Guisan à la veille de la Révolution. Ou encore le canal Roy, creusé à la même époque par les esclaves et reliant le marais de Kaw à l’Approuague. Face à l’habitation Le Collège, Guisanbourg concentre les activités commerciales et le trafic de ce « Quartier de l’Approuague » qui est alors devenu le deuxième centre administratif de la Guyane. Mais les rendements agricoles, les qualités des produits et les bénéfices ne sont pas à la hauteur des investissements, dans un contexte de concurrence internationale déjà marquée. La Révolution et la première abolition de l'esclavage (1794), puis l'abolition définitive (1848) et enfin la découverte de l'or (1855) vont porter des coups sévères à ces entreprises. Les activités agricoles sont abandonnées au profit de pratiques extractives plus lucratives: bois de rose, balata, bois d'oeuvre et surtout or. Celui-ci est exploité essentiellement sous forme alluvionnaire sur le Haut Approuague. De fait, le centre de gravité des activités commerciales se déplace vers l'amont du fleuve. C'est dans ce sillage que se crée fin XIXe le bourg de Régina qui compte rapidement de nombreux commerces, comptoirs marchands destinés à ravitailler les placers. S'y installe aussi une scierie, une rhumerie, des alambics à distillation de bois de rose, etc. Régina va compter juqu’à 3 000 habitants et se substitue à Kaw comme chef lieu. Désormais placé trop en aval sur le fleuve, Guisanbourg semble condamné (et sera même définitivement abandonné au début des années 1980). Après la Seconde guerre mondiale, l’orpaillage, premier maillon de l’économie locale, subit une crise profonde, qui va mettre un terme brutal à la croissance locale et entraîner le déclin de Régina, que ne fera que renforcer l’exode rural (et l'ouverture de la route de la RN2 en 1983).La population du bourg est retombée à 300 dans les années 1970. Ce passé riche et mouvementé marqué par un déplacement des activités et des populations de l'aval vers l'amont aura notamment laissé un patrimoine industriel très remarquable disséminé le long du fleuve et de ses affluents sur l'ensemble du territoire. Mais aussi une histoire humaine très riche

Atouts majeurs de Ecomusée de l'approuague

La présence humaine amérindienne est attestée sur le territoire dès 1 000 ans avant JC (elle est sans doute bien antérieure) et a laissé d'importants vestiges: roches gravées, abris sous roches, polissoirs, ou encore une montagne couronnée et de nombreux artefacts (haches polies, céramiques...). C'est au milieu du XVIIIe siècle que la colonisation et l'esclavage bouleversent profondément le paysage local: exploitant la main d’oeuvre servile, de nombreuses habitations sur polders s'installent dans la région de Kaw et sur le bas du fleuve Approuague. On y cultive le coton, le rocou, le cacao, les épices, l’indigo, le sucre... au prix d’installations techniques parfois considérables (moulins à marée, canaux, écluses, sucreries...). Ainsi en témoigne l’habitation Le Collège sur le bas Approuague, conçue par le fameux ingénieur suisse Samuel Guisan à la veille de la Révolution. Ou encore le canal Roy, creusé à la même époque par les esclaves et reliant le marais de Kaw à l’Approuague. Face à l’habitation Le Collège, Guisanbourg concentre les activités commerciales et le trafic de ce « Quartier de l’Approuague » qui est alors devenu le deuxième centre administratif de la Guyane. Mais les rendements agricoles, les qualités des produits et les bénéfices ne sont pas à la hauteur des investissements, dans un contexte de concurrence internationale déjà marquée. La Révolution et la première abolition de l'esclavage (1794), puis l'abolition définitive (1848) et enfin la découverte de l'or (1855) vont porter des coups sévères à ces entreprises. Les activités agricoles sont abandonnées au profit de pratiques extractives plus lucratives: bois de rose, balata, bois d'oeuvre et surtout or. Celui-ci est exploité essentiellement sous forme alluvionnaire sur le Haut Approuague. De fait, le centre de gravité des activités commerciales se déplace vers l'amont du fleuve. C'est dans ce sillage que se crée fin XIXe le bourg de Régina qui compte rapidement de nombreux commerces, comptoirs marchands destinés à ravitailler les placers. S'y installe aussi une scierie, une rhumerie, des alambics à distillation de bois de rose, etc. Régina va compter juqu’à 3 000 habitants et se substitue à Kaw comme chef lieu. Désormais placé trop en aval sur le fleuve, Guisanbourg semble condamné (et sera même définitivement abandonné au début des années 1980). Après la Seconde guerre mondiale, l’orpaillage, premier maillon de l’économie locale, subit une crise profonde, qui va mettre un terme brutal à la croissance locale et entraîner le déclin de Régina, que ne fera que renforcer l’exode rural (et l'ouverture de la route de la RN2 en 1983).La population du bourg est retombée à 300 dans les années 1970. Ce passé riche et mouvementé marqué par un déplacement des activités et des populations de l'aval vers l'amont aura notamment laissé un patrimoine industriel très remarquable disséminé le long du fleuve et de ses affluents sur l'ensemble du territoire. Mais aussi une histoire humaine très riche

> Europe > > > Ecomusée de l'approuague hôtels proches de musée : Ecomusée de l'approuague, Eccica-Suarella infos sur Ecomusée de l'approuague, Eccica-Suarella >

TVtrip international

dansk | deutsch | ελληνικά | english | english | español | suomi | français | magyar | italiano | 日本語 | 한국어 | nederlands | norsk | polski | português | română | русский | српски | svenska | 中文 | 中文

TVtrip international

| | | | | | | | | | | | | | | | | | | | |

Pourquoi utiliser TVtrip?

  • Meilleurs prix

    Grâce à nos partenaires, vous accédez aux meilleurs prix pour votre réservation d'hôtel

  • Qualité

    Toutes nos vidéos sont filmées par des professionnels

  • Le maximum de choix

    Choisissez parmi nos 35 884 vidéos pour faciliter votre reservation d'hotel

  • Transparence

    Des vidéos objectives et professionnelles pour vous aider à choisir le bon hôtel

  • Nous parlons votre langue

    TVtrip est disponible en 22 langues

Informations

Conditions d'utilisation | Charte de confidentialité | A propos de TVtrip | L'Equipe | Presse | Aide | Nous contacter

* Meilleur prix chez nos partenaires de réservation sur les 30 prochains jours.
Le montant affiché est donné à titre indicatif et calculé selon le taux de change en vigueur ce jour.

Vous êtes propriétaire d'un hôtel ?

© 2016 - TVtrip.com

Légende